prendre le temps
Un voyage écosophique, sans se presser, sans tricher, de la France à la Colombie, en passant par ailleurs...


Accueil
Qui suis-je ?
Archives
Mes amis

Album photos

Rubriques

divers

Mes amis


Menu



nouvelles toutes fraiches!

Coucou y a quinquin? En tout cas moi je suis encore sur mon chemin et j'suis pas rendu! comme on dit au PS !


Voilà: pas un mot depuis septembre ça fait dix mois je viens de compter sur mes doigts. 10 mois d'hibernation? Pas vraiment! Prendre le temps ça veut pas dire le perdre ni ne rien foutre ça veut dire simplement prendre le temps nécessaire pour bien faire chaque chose et au lieu de l'enfer de subir le quotidien tu vis dans un vrai paradis à la découverte et en t'appliquant en chaque chose. Bin, en tout cas pour moi ça marche. J'positive bien avec ça comme on disait à l'élysée, en démagogiques rafarinades, au fait, l'entend pu! L'est mort? L'a fondu, l'a fait phiiiit...? le bouquet mystere. Bon j'parle pas de ça maintenant j'ai déjà des sarkotises qui me sortent de partout comme des petites pustules purulantes très douloureuses et malodorantes.


Je disais donc: je positive bien en général..

dans chaque galère j'découvre une nouvelle solution. Du temps où l'homme prenait le temps de bien faire on appelait ça l'adaptation et l'évolution. (c'est bien fini ça aussi) et si j'arrêtais de me couper toutes les deux minutes je pourrais poursuivre mon récit. Amen. Enfin, quand je dis dans chaque galère, bin pas toujours (j'suis qu'un homme).

M'est arrivé des trucs! Pouou! J'explique

passé un village sympa qué s'appelle orio (késac) à la recherche d'un tourneur fraiseur qui accepterait de réaliser mes axes de roues, d'étranges douleurs viennent s'emparrer de mes pieds en remontant jusqu'aux tibias. Je fais une pause dans le parc naturel de pagoeta ou je fais la rencontre d'une morgana qui me propose de passer quelques jours dans son squat pour bidouiller mon projet de chariotte. « proposition aléchante, non? » cependant, je décline sa proposition pour le moment en lui disant pourquoi pas un peu plus tard et a la condition que je puisse participer pour la bouffe l'entretien et tout le tintoin. Je poursuis mon chemin. La douleur empire à chaque pas, j'ai beau essayer tous les moyens de décontraction que je connais rien n'y fait. (comme on dit à la sécu) double tendite. 4H pour faire les 5km qui me séparent de zarautz. C'est grand une ville quand t'as mal aux pieds. J'rentre dans le premier truc d'alimentation. Bon c'est un super marcado avec un immence eurodollar planté dessus. Bon c'est sur c'est pas là que je vais trouver des produits bios et encore moins des filipendula ulmaria (reine des prés: aspirine naturelle j'expliquerai un peu plus tard) mais avec un peu d'acharnement et grâce à mon vocabulaire gestuel (je suis pas encore très bon en espagnol je connais qu'deux mots et y en a un que je n'arrive pas à prononcer correctement) je repars avec quelques infos trois courgettes un chorizo et le sourire de deux demoiselles qui m'ont demandé de poser pour leur album de voyage (merci ma fille chérie d'avoir mis la photo avant que j'en parle (ou plutôt que j'en écrive) je me sens obligé d'expliquer maintenant et pis qu'est ce que j'ai l'air con sur l'image!) tm!




Publié à 07:01 le 26/07/2008
Commentaires (11) | Ajouter un commentaire | Lien

En arrivant vers Zarautz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 10:06 le 24/06/2008
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

quelques photos de la cote basque

 

 

 

 


 



Publié à 11:46 le 17/06/2008
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Itinéraire de la première phase de voyage



Publié à 10:15 le 3/06/2008
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien



Publié à 10:09 le 3/06/2008
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

quelques images de la cote basque

 

 

 

 

 

 

 

 

 


  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 09:51 le 3/06/2008
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

du 12 au 15 septembre: passage de la frontière

réveil un peu frisquet aux cris des mouettes et au rendez vous des goélans il me tarde de revoir ra j'ai un peu froid. et j'ai pas pris mon cache col (tiens salut tonton tu te marres bien j'espère) allez et si je me pétais un brancard en ce dimanche matin. et hop perdu c'est l'armature en tube alu d'20 qu'a plié. bon." réfléchissement" l'mieux pour l'instant ce sera de manchonner avec un bout de bois dur ou un bout d'feraille de Ø 16 et bin j'ai un bout d'9 de Ø au bout d'mon baton et d'la sangle que j'enroule autour un ptit bout d'lacet et une petite etiquette (n'est-ce pas tonton) et voilà du Ø 16 une ptite 1/2h et c'est r'parti pour GuetMary mon kiki.

 

 

route monotone plein de bagnolles je fatigue très vite grâce au monoxide de carbone et a mon indice d'octane en hausse. je continue St Jean de Luz, Ciboure, je m'offre une petite canne a pêche téléscopique à 2€$ et quelques hameçons et je poursuis mon chemin. de la ville de la route depuis Bayonne et enfin quelques arbres un champ de maïs nous sommes le 12/09 et je prends la décision d'essayer le camping pour 2 jours. 1ère douche chaude depuis le 14 juillet c'est grand luxe. lessive à l'eau chaude également s'il vous plait et surtout étude et croquis de mon nouveau projet de chariotte tout en bois et essieux à fusée en acier tourné.

le 14/09 c'est sous quelques gouttes que je reprend la route et non pas mon chemin direction Hendaye en suivant la corniche basque. ~16h je passe devant l'ancien poste frontière espagnole.

 

 

Adios Francia. Buenos Dias Espaňa. Bin oui j'me suis offert un tout petit dico en passant à St Jean de Luz. Bon Hendaye pareil, une ville plein de boutiques partout et des gens qui courent préssés d'aller nulle part. Hondarribia => Errenteria par le Monte Jaizkibel. pas d'la tarta. j'ai du renoncer au bout de 5/6 km le chemin (GR) trop caillouteux et accidenté pour ma chariotte donc demi tour et GI 3440 jusqu'à Pasaia. petite photo de ma chariotte au côté de la statue de San Sebastian et je poursuit.

 

 

visite guidée de Donastia San Sebastian par un mec bourré mais d'un grand humour. très réputé apparmaent puisqu'on s'est fait jeté de 5 cafés avant d'avoir pu passer commande. très grande gueule le mec mais très sympa et cultivé. nous passons quelques heures à visiter la ville la cathédrale la place de la constitution etc beaucoup d'explications et franche rigolade.

~ minuit il pleut mon guide est parti en courant poursuivi par deux garçons de café qui n'ont pas apprécié ses injures espagnolesques après avoir refusé de nous servir 2 expressos.

je choisi de gravir le mont Igeldo de nuit par la petite route de la corniche. A faire absolument si vous passez par là c'est extraordinaire la nuit et pas d'bagnoles.

 

j'attends le lever du jour abrité sous un manège du parc d'attraction tout béton et koka collé posé come une merde sur ce magnifique rocher. photo de l'éveil matinal. a gauche la mer azul à droite la merde negra.

je suis émerveillé et triste à la fois. pas besoin d'explications, suffit d'zieuter la toph.

 



Publié à 09:16 le 26/05/2008
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Bayonne

c'est encore de très bon matin que je reprend mon chemin à peine sorti de mes rêves aux cheveux noirs et au sourire toujours aussi enchanteur. le chant du rossignol accompagnant Ra dans sa brumeuse et magnifique ascension.

~ 10 j'approche de Bayonne. déjà les traces de la civilisation moderne si raffinée et convoitée jonchent le sol. bon là c'est comme à l'abord de chaque gd ville du monde si réputées c'est restes et déchets signés Mac Do Coca et Marlboro toujours les mêmes. comme quoi c'est facile de voir d'où vient la merde!

  

Bin Bayonne c'est pas du plaisir après la piquouse à 45 balles la ½ seconde, j'entreprends l'escalade des trottoirs et passe une espece de prison toute ferraillée et embarbelée avec des serrures partout c'est écrit dessus “ Prefecture ” j'sais pas c'qu'il a fait le préfet ici pour mériter ça mais ça doit pas être joli joli. bon c'est un prefect! celui là a préféré construire la prison autour de lui. ptet plus pratique pour lui pour les droits de visite. en tout cas lui i s'en fout c'est toi qui paye!

sortie de bayonne j'ai les pieds en compote pas moyen de trouver une fontaine ou un robico pour se laver les pieds. c'est un gréviste de la faim qui me dépanne d'un seau d'eau chaude pour mon ablution tant attendue. merci à toi vieux!

~16h j'grimpe un bout de forêt des villes allées bétonnées sportifs en tous genres & mémères à chien mais très jolis bois. ça m'inspire bien pour un bivouac à rallonge avec option grande lessive. hamac duvet chemise de laine et pantalon de coton. ça met du temps à sécher ces trucs là mais c'est grand soleil et il y a un peu de vent.

 

 

il est ~ 16h un train grimpe sur une voie privée juste en contrebas de la colline où je me suis installé. bon ça fait des phit à chaque seconde mais ça m'inquiète pas + que ça.

j'retourne à mes dessins d'roue d'charette. au bout de quelques temps (~1h) je suis intrigué par ces phits qui n'ont pas baissé ni de rythme ni d'intensité. j'y regarde avec mon monoculaire et j'vois sous chaque vieux wagon rouillé une sorte de dégazage de pression.j'sais pas c'qu'ils avaient dans leurs wagons sans aucune surveillance tout ce que je sais c'est que sur les plaques c'était écrit total et surtout e.p.r. dans l'carré d'doite. j'espere me gourer en imaginant ce qu'il pourrait y avoir dans ces cuves à température et pression régulées mais E.P.R. ça m'fait flipper grave pour la planète

j'vous y met quelques photos pour les connaisseurs et j'invite les techniciens de greenpeace à jeter un oeil. si quelqu'un pouvait m'en dire un peu plus là dessus à travers ce blog ce serai super sympa et vachement intéressant pour toutes les personnes concernées, c'est à dire tous les habitants de cette petite planète bleue déjà bien grisaillée.

 

à mon départ le lendemain fin de matinée ça pchit pchit toujours et toujours personne à surveiller. bon. j'passe Anglet j'arrive à Biarritz enfin la mer. j'suis content. j'suis content de voir ma mère la mer

 

mais pas trop de subir la ville ça craint sérieux pour trouver un robinet et pour bivouaquer. j'essaie de faire resto à ~ midi i veulent pas m'laisser entrer dis donc à 2 reprises j'me fait tej comme un malpropre

j'y fait des photos

l'prems c'est : sur mesure. petit bar resto avec petite carte rien d'extraordinaire en apparence les personnes attablées non plus. bon.

l'deuze c'est: la table basque. belle façade petit menu plat du jour standard pour le coin serviette en papier qui décolore et qui te colore quand tu les mouilles. a table des mecs et des nanas pas en costard 3 mecs bourrés au comptoir. du standard quoi.

bin i m'ont tej quand même. j'avais même mis un pantalon propre et j'm'étais rasé et coiffé pour l'occaz. ça doit être la chariote. faut être touriste mais pas voyageur dans ces villes. là aussi s'il y a quelqu'un qui est en contact avec le guide du routard faudrait leur signaler qu'il y a des matronnes de resto aussi connes et qui refusent les voyageurs avec bagages à roulettes. bref. j'trouve enfin une brasserie bonne bouffe belle présentation sourire de la serveuse petite carte et petit prix. même le pain est bon et de bonne qualité et l'caf pas bio mais bon. le top pour une brasserie. ça s'appelle: les colonnes.

 

j'ai connu des 2 étoiles se prenant pour des stars bien en dessous de cette qualité de produit et de service. bon y a pas de quoi en faire tout un plat mais c'est bien la première fois que j'me fait jeter d'un resto et deux fois de suite en plus. ça m'chiffone ça c'est même plus de la ségrégation sociale c'est du racisme facial ou déli de fascieste comme vous l'entendez. mais ça devient grave à l'heure de l'égalité des sexes reconnue de la parité à la mode et du racisme proscrit tu te fais tej parce que t'as une valoche. on vit une époque formidable j'vous dit. et je poursuit mon chemin. que t'es belle ma mer. j'arrête pour faire une photo d'elle. autour de moi quelques bourgeois et bourgeoises embagousées et diamantées et embarbouillées de cosmétiques hautement parfumés se piaillent des ho! ho! et des ha! ha!distingués sur ton feutré. j'pose mes lunettes de soleil de merde déjà dégliguées de partout sur ma chariotte pour la prise de vue.

 

clic clac j'me retourne plus d lunettes dis donc. je regarde en d'sous dans tous les recoins où elles auraient pu glisser. que dalle. pu d'lunettes dis donc juste une bonne dizaine de paire d'yeux qui me regardent et qui fuient quand je les croise. ha Biaritz! tu confirmes bien la règle. ce sont bien les riches qui volent aux pauvres. mais qu'est-ce que celui ou celle qui m'a piqué mes lunettes va bien pouvoir en foutre. un trophée au dessus de sa cheminée avec en dessous “ chassé à Biaritz le 08/09 au péril de se faire surprendre par le vieux fauve. ” on vit une époque formidable j'vous dit. j'men va bivouaquer dans les rochers et m'exercer un peu à la pêche à l'eperlan.ce soir j'mange de poisson! dorade à l'ail,au ptit resto du coin. bah oui j'débute dans cette pratique et j'ai pas bien l'matos pour le petit poisson. ça se chasse pas à la lance et au harpon ces bestiolles. quant aux crabes j'ai gouté cur, c'est pas des étrilles au goût. c'est même dégueulasse d'amertume. boua! poua! pas glop! pas glop! bin oui j'ai d'la culture moi aussi! et j'ai toujours aimé les gadgets. de temps en temps y en avait même qui fonctionnaient un peu, avec à peine quelques modifs. donc re resto ce soir et dodo dans les rochers à quelques doigts des bras de ma mer. avec le ciel étoilé en guise de couverture.



Publié à 10:49 le 19/05/2008
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

début septembre

en poursuivant le chemin que je choisis. avec ses joies et ses quelques défis. après ces quelques joyeusetés et qq km de magnifique nature, je fais quelques emplettes à la dechet' du coin.tole de fer 8/10m et fil d'acier d'un panier metallique, moteur de pick up et autres petites choses et j'me bidouille un réchaud, poêle, forge, mini poid, mini volume mais maxi efficace (voir photos).

 

ça va je suis assez content de moi je ferai le même plus petit et sans moteur pour mon ¼.

ptit dej pommes au miel et caf à volonté et rangement du sysème cuisinière à zéro balles. sympa le début du pays basque bien nature. je me confectionne un petit panier à fruits en lin en marchant vers mon destin. a l'entrée d'artez de Bearn un monolithe couché et une petite chapelle magnifique réstaurée par les jeunes du village il y à quelques années m'accueille et m'invite au repos et à la reflexion.

 

 

nuit blanche sur le dolmen à observer la lune les étoiles et la magie de la nuit jusqu'à la magnificence du lever de Ra. un peu frisquet l'caillou, mais mieux orienté il devait faire du bon boulot. pour l'heure je suis complètement vidé et décide de faire journée repos et passer la nuit suivante dans cette magnifique chapelle ou repose un ex chevalier maltais.

 

 

 

 

 

 

 

 

traversée d'Artez rapidos, nous sommes le 03/09 ~15h. je vais devoir accélérer mon rythme je voudrais être à Bayonne le 6 avant 14h, seul horaire et jour de vaccination contre la fièvre jaune. c'est pas que j'ai envie de me faire vacciner c'est que 1200 jours de marche surtout en Afrique et en Amérique Latine j'risque bien d'me faire gauler par un service sanitaire qui pourrait bien me faire des embrouilles et même m' jeter dans un de leurs anges de la mort direction la France. alors vaccin.

au passage avant st cricq du gard je croise un magnifique char (a boeufs?) roues pleines et bandage acier cloué. c'est la première fois que je peux en voir un de si près. super simple mais efficace. je note.

les quelques vignes donnent bien dans cette région. le raisin est presque à maturité et il doit être agréable de vendanger ici.

je longe maintenant la Gav de Peau

mes 1ers ceps ça fait plaisir et ça accompagne bien le gibier et les oeufs. ici ils aiment bien les kiwi dommage qu'ils ne soient pas encore mûrs. novembre décembre c'est écrit sur l'étiquette. tant pis. ce sera pommes figues. mûres. pissenlits, maïs et champignons.

bivouac super sympa au bord de l'adour dommage que l'usine géant vert fasse autant de bruit la nuit j'ai l'impression qu'elle me joue la musique de la nuit des vers géants.

départ avant l'aube lever de soleil là juste devant moi j'avance lentement vers lui pour ne pas le reveiller brusquement les oiseaux chantent la merveilleuse mélopée de l'éveil du jour. je suis heureux! je vis! je t'aime ma terre! et bientôt je verrai ma mer! c'est fou comme j'avance bien quand je ne m'arrête pas toutes les 30 secondes pour sentir une fleur ou cueillir quelques mûres.

décidément il doivent aimer les kiwis ici, c'est tout de même un peu monoculture la région. non y a un autre truc qui pousse bien ici comme un peu partout d'ailleurs sur les pelouses des cases standard, c'est les gros champignons bleus. j'en vois dans presque tous les jardins depuis mon départ. c'est une espèce en voie de développement à pousse ultra rapide. c'est comme un gros chaudron en plastoc bleu relié d'un côté au 1% d'eau potable restant sur notre planète et de l'autre côté c'est relié direc à la centrale nucléaire.

ça sert à faire tremper les gosses, les chiens et les belles-mères il paraît. avant de leur faire prendre une douche et de les coller devant la télé avec un koka et des gâteaux en plastique.enfin y en a qui trouvent ça bien. chacun sa vérité comme il est coutume de dire en ce moment à la mode de soi-disant intello écolo de la conso! là j'suis en train de me mettre au rencard de ceux que j'aime le plus sur cette planète chez qui toute vérité n'est pas bonne à dire. mais tant pis pour moi. je n'ai qu'à pas dire ce que je sais et ce que je pense.

j'vous aime quand même de tout mon hêtre comme disait pinochio. (tiens salut D'Jepet bisous à ta chérie et aux canailles) donc photo du champi bleu des jardins sans secrets. ah oui j'ai ramassé quelques glands hier, j'va essayer d'faire un peu d'farine avec. il est dit dans ma bible selon st françois couplan que c'est fameux! (comme le substitut de café)

sur mon chemin je croise aussi un grand lascard cloué sur son baton protegeant, sous son aile gauche un nid de petits zozios.

pays de seignaux je passe une vraie petite ferme en autonomie complète :elec, eau, viande, légumes, céréales, couture tricotage et sourire. j'aime! et j'ai grand plaisir à discuter quelques minutes avec eux; ils me conseillent un petit coin de forêt pour bivouaquer mais je préfère passer la nuit au dessus de la rivière avec la marée qui monte et qui descend sous mon hamac. sympa.



Publié à 11:10 le 29/04/2008
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

lettre ouverte

Veuillez excuser l'interruption momentanée de la douce progression de ce blog mais j'ai un mot à glisser à un ami.


lettre ouverte à l'attention d'un homme, un ami qui m'est cher et qui saura comprendre le sens de mes propos.

 au sujet de cette phrase concernant les convictions de chacun. un sujet qu'il me tient à coeur d'aborder et que je ne voulais développer (saborder) que bien plus tard. je saisis aujourd'hui l'opportunité, puisque tu m'y invites, d'effleurer la question afin de te répondre et m'applique donc à affûter mon verbe ma proses ma verve et mon sens de la déconvenance pour te dire que:

avec de formules à déboucher les chiottes comme celle là. suffisamment caustique et récurrente pour la glisser dans un programme électoral, tu peux prétendre à un trône pour y siéger à l' assemblée nationale.

la con-viction, comme son nom l'indique, est un des moyens les plus tordus que l'homme emploie pour ne pas progresser quand il a la flemme ou la peur de vivre, de s'impliquer, de savoir ou ne serait-ce qu'entendre ce qui est juste. je développe un peu:

  • les con-vaincus qui ont besoin de croire en un ancien ou un nouveau dieu et un paradis ou une autre vie par peur de la mort.

  • les con-vainqueurs qui font la guere à tout ce qui est vivant parce qu'ils sont convaincus que leurs euro-dollars et leur pouvoir ont plus de valeur que la vie.

  • les cons tout court qui font tue tue pan pan avec leurs fusils et qui gueulent « oui chef! » o téééé ! gadaou! eu poooo!!!! parce qu'ils ne sont pas capables de prendre une décision pour eux mêmes et qu'ils sont convaincus que le chef a toujours raison.

  • l'intime conviction des jurés convaincus par l'influence d'un tricheur bonimenteur nommé maître pour le cas qui permet de condamner à mort les victimes et les innocents

  • la con-dégénérescence inactive et boutonneuse prête à se faire greffer un téléphone portable à la place du cerveau convaincu maintenant que c'est par la surconsommation qu'il est bon de vivre et que de paraître a plus de valeur que d'être.

  • le gros con pourri fumiste plus de son état que de profession qui na pas saisi la différence entre l'art et le cochon. pourvu d'un niveau culturel d'un mec qui regarde la télévision: top 50 , pub, question pour un con et son humour galliberien, touche pipi, MacDo, touche caca, et infotox; "la guerre c'est bien j'suis un américain". en gros; la culture d'un navet et encore, il ne fai pas la différence entre une binette et une fourchesansette. près lui aussi à se faire greffer mais lui un sex toy dans l'oreille interne pour savoir quelle chaîne il "faut" regarder. et pas se refaire crever les pneus par ses clients.


  • pi comme ça ya pu bsoin d'appuyer sur l'bouton pour l'allumer euuu ! ça s'arrête pas euuu! c'est super euuu! j'saia même quand c'est l'heure d'faire popo et quand c'est qu'on mange euuur!

    (pourquoi tu dis que l'aime pas?)

  • « attention une vague de froid arrive par l'est, n'oubliez-pas d'acheter des cache-cols et des suppos sans sucre pour vos poulets! et la ptite vignette anal + qui va avec: "j'suis un américon c'est bon! "»

convaincu d'être écolo just parce qu'il le prétend et convaincu et encouragé par la justice (bin oui, c'est le nom con lui attribue) qu'il est mieux de prendre aux autres que de faire soi-même.

qui part dragouiner les fins d'collège

elle: l'élastique du string godyer coincé entre deux plis de la bouée abdominale. un bout de vomi ricard-coca de la veille à la commissure des lèvres.

lui: son paquet de marlboro bien en évidence sur lequel est écrit: « fumer provoque des troubles de l'érection » et qui se frappe la bouée pectorale en gueullant « weeeeeur! » « j'suis l'plus fort »! encore convaincu de ses propos (enfin des propos?!) et convaincu également qu'il pourra s'en grimper une sur un sac de plâtre au fond de son camion qui ne lui appartient pas.

 qui pique le haschich de son fils (un gentil garçon pourtant, et s'il n'arrive toujours pas à prononcer son prénom et ira voter pour le premier couillon qui garantira plus de foot à la télévision, ce n'est que le fruit de l'éducation qu'il a subit) en hurlant « wooooèèèèè eeeuuuuu! » « l'engrenagetutenrendspascompteàtonâge »!! et part se rouler un pétard avec de son côté, convaincu qu'il a bien réagit. et zezette, son épouse, la pauvre, qui n'ose plus sortir de chez elle, le décapsuleur sorti de la bouche, rendra en douce la moité de ce qui reste au demeuré, convaincue que c'est comme cela qu'elle pourra conserver un lien avec son rejeton dégénerré. et tous trois en bon contempteurs en lisant ces quelques lignes seront convaincus et ne retiendront qu'une attaque personnelle sans tenir compte de la justesse de mes propos.

  • le condescendent qui croise le gros con pourri en descendant de l'échafaudage posé en travers de sa porte, convaincu que ses nouvelles fenêtres en PVC sont bien mieux en tous points que les anciennes en châtaigner.

  • le concupiscent convaincu qu'un voyage à Lourdes le guérira de ses hémorroïdes et de ses fuites urinaires.

  • le con-plice, non celle là elle est trop fine, je la laisse à Gallibert.

  • le con-gédié, convaincu grâce à son ex-employeur et à son éducation télévisuelle qu'il est maintenant l'heure d'aller se suicider

  • le con-sommateur convaincu que le coca, les ogm et le nucléaire sont les trois mamelles « d'sa mèèère ».

  • les contribuables conditionnés convaincus d'avoir bien fait de voter pour le clone à debeulliou(rantamplan) et convaincus que la vie pourra continuer après la proche disparition de la nature inévitable grâce à leur surconsommation et leur mode de vie pseudo confortable tourné vers le virtuel et qui ne pourront peut être même pas profiter de leur cancer à cause du nouveau virus pur produit garanti destruction massive des labos monsanto-areva réunis et issu de l'étroite collaboration gouvernementale et militaire franco-américaine. qui te vendent des packs anti-terrorisme dans leurs programmes alors que le soi-disant terrorisme n'est que le résultat de la politique assassine de ces tricheurs. mentir pour pouvoir tuer, tuer pour voler. voler et terroriser pour régner. les vrais terroristes siègent à la maison blanche, à l'élise, au vatican et partout où il y a un trône avec un tricheur posé dessus. et ça c'est pas une conviction c'est une constatation!


en conclusion, moi j'e dis qu'une conviction ou une vérité construite sur des mensonges et des tromperies ne donne pas de fruits mais de gros pépins stérile (façon monsanto) et qu'c'est pas avec ça que l'homme trouvera un juste équilibre


voilà cher ami, je n'ai fait ici qu'effleurer un sujet d'actualité pour te répondre. mais ne considères-tu pas plus maintenant qu'il est plus sage de savoir que de croire? e sache qu'en gribouillant ces quelques lignes j'ai verser plus de larmes que je n'ai eu d'éclats de rire.


sincères amitiés.



PS: tu excuseras les quelques fautes de synaxe, de grammaire, de ponctuation et de goût, je ne peux pas me relire: « j'ai pas me lunettes »

et si l'énergumène sus-décrit venait à trop vouloir montrer ses crocs, veille à ce qu'il comprenne cette jolie citation: "qui sème le vent.récolte la tempête" (et non pas la trempette ou le clairon,( petits pas en rond) merci !!!

                               

                                      .AECUUS LIBRA.

     bisous .NADETTE.

 

 

 

 



Publié à 01:45 le 18/04/2008
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

petite question au curé

Aujourd'hui je ne vous parlerai pas de ma journée ni de mes petits plats mais je vais plutôt mettre le pied dedans en vous donnant des détails sur “ la question ” que je voulais poser au curé qui m'a cédé sa bible. la véritable question que je voulais lui poser après l'entrée en matière concernant le pèlerinage c'était: pourquoi ne respectez-vous pas ce que votre dieu a créé et détruisez-vous son oeuvre dans la plupart de vos actions? (ou exactions)

c'est simple ça comme question!

quand on n'a pas l'esprit trop malsain!

je garde cette petite question pour le prochain curé tricheur que je rencontrerai. en sachant bien sûr que les tricheurs répondent à une question par une autre question ou par une pirouette.

j'm'en va vous expliquer le sens de mon interrogation.

pas de respect: du ciel, de la terre, de la mer, de la mère donc du père, du files et du St esprit.

destruction: du ciel de la terres etc etc par la surconsommation d'une grosse bagnole issue directement des Nicolaïtes donc collaboration avec eux.

choix du nucléaire plutôt que le bois comme source d'énergie (y a plein d'forêts sans entretien tout autour de son village) choix d'une alimentation malsaine issue là aussi de la surconsommation perverse provoquée par les Nicolaïtes.

tous les ingrédients mis à “ disposition ” comme il l'écrit sont impropres à l'équilibre alimentaire; jusqu'au sel dans lequel ont été incorporés de l'iode, du fluor et des anti-aglomérants. il a même pas un petit jardinet l'curé, pas d'poules (enfin au moins pas d'poules à plumes qui font cot cot. quoique là aussi y en a. bon) pas d'lapins pas d'viande quoi. il n'utilise pas son puit non plus. plus fastoche le truc qu'on tourne sans effort dans l'confort. surconso d'flotte avec ses chasses d'eau niagara 12L les bestioles (j'sai s'qui leur donne à bouffer à ses chiottes là i ont l'eau à volonté)

bref: il bouffe et il invite les hommes à faire comme ses chiottes, c'est à dire: bouffer que d'la merde!

là, y a non rspect de la créture parfaite, là.

en + il tripatouille dans l'pognon

encore les Nicolaïtes

et il m'a menti à, je pense, 3 reprises.

et là j'ai même pas mentionné les diverses pubs et marques sur ses fringues et prospectus.

résultat il pollue et tue le ciel, la terre, la mer et la mère. il ne participe en rien, bien au contraire, à l'équilibre de la nature et à sa propre alimentation. donc juste un prédateur de son dieu!

l'a dû s'gourer de métier bonhomme!

en tout cas c'est pas comme ça dans l'manuel (sa bible) r'marque il l'a ptèt lue que pour faire plaisir à son chef de l'évêcher. ou alors c'est comme dans les films et son métier de curé c'est juste une couverture pour mieux pouvoir magouiller. et que comme la plupart des curés évêques des quatres points cardinaux papes et autres sous papes font ~ la même chose là je me tente à croire que l'homme a transformé son dieu en religion du pouvoir pour simplement mieux pouvoir tricher, spolier et même tuer les insoumis. 4 siècles d'Inquisition par la force et la torture et déjà un siècle d'inquisition par la vaseline. ça commence à bien suffire Maurice (c'est le prénom d'un carninal tout de rouge vêtu et guère plus cultivé qu'un poison rat)

en tout cas moi j'adhère pas. j'adhère plus. ça triche beaucoup trop pour moi.

une religion où il ne faut que croire le chef et surtout ne pas penser j'ai connu ça à l'armée, à l'usine, à l'église, à la poste et à l'assemblée nationale. mais j'en veux plus dans ma vie. je ne me prétend pas être mieux que tous ces hommes qui trichent mais moi au moins je suis saint d'esprit. et j'évolue! amen .



Publié à 12:27 le 15/04/2008
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

mardi

lever de soleil à l'est coucher de lune à l'ouest

j'ai les yeux qui divergent et le coeur en joie mais deux petits tracas tout de même

en 1 les figues ne sont pas assez mûres pour les cuisiner avec ma petite oie blanche et en 2 le gros orage qui se prépare. et ça ça s'mange pas. ça s'boit un peu à la limite. je replis vite fait mes gaules et hop à l'abri sous le toit de l'ex buvette de l'ex base de loisir désaffectée. y a même un robico pour l'caf. j'suis tout de même vachement content d'être à l'abri des cordes parce que là, putain, ça tabasse

ma petite bâche n'aurait pas résisté longtemps aux coups de hallebardes de Jupiter et à la violence d'Eole. et pour que les dieux se calment en offrande plumage et vidage du corps inerte, certes, mais très prometteur du volatile. un aller retour village dans l'A.M. et plic. ploc. plif. plof. et crac ça r'tombe. m'en fout et pi c'est tellement beau un orage et l'feu sous la pluie pas d'problème. j'passe les détails de préparation les pommes ont remplacé les figues le geésier et le foie frissonent dans le beurre avec quelques gousses d'ail et des aromates. le riz se pilaf dans son coin. et dore ma bête. “ Amen! ” c'était pas mal mais qu'est-ce que ça s'mange vite ces trucs là. comme j'dit souvent à mon boucher: pour l'oison, pas plus de 3kg j'suis tout seul à table ce soir.

nuit d'orage magnifique les éclairs remplacent la lune et les trais de lumière remontent dans les cieux après avoir frappé le sol dans un nuage de vapeur. j'suis “ espanté ” comme on dit dans mon village mais pour d'autres raisons (salut à tous, coin coin David)



Publié à 12:21 le 15/04/2008
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

lundi 26/08

magnifique lever de soleil, la lumière sur la rosée fleurit le pré de milliers d'étoiles et les colliers de soie tissés par les arachnidées se parent de perles plus pures que les diamants. qu'elle est belle ma terre! qu'elle est belle la vie! dommage que tout cela doive disparaître au profit du paraître d'un monde sans avenir!


Atelier bidouille pendant le séchage du matos, réparation de ma ceinture de cuir cassée la veille

puis:

1 gros joint torique ajusté sur l'axe de la roue droite démontage de la manivelle d'une lampe dynamo ajustage et collage à la néo d'un cylendblock d'alternateur de bagnole trouvé dans la poubelle de récup d'un mécano 3 vis un ressort un bout de l'un des anciens berceaux de ma chariotte et hop un elastoc pour tenir le coupleur 4x LR6 et le tour est joué je verrai plus tard pour la commande de l'embrayage couplé sur le 1er cran du frein.

J'repart fin d'matinée les 1er réglages sont délicats les caoutchoucs ne sont pas encore rodés entre eux mais ça charge même à très faible vitesse et ni le bruit tout juste audible ni l'effort ridicule réduit par la démultiplication ne me gênent dans ma progression.

résultat test: satisfaisant. temps de charge total des 4 accus N.I.M.H. 2500MA à voir l'ampèremètre de mon multimètre est aussi faible que notre gouvernement (ça vaut pas un clou ces trucs là) (HS)

tout va bien les oiseaux chantent je fais demi tour cet après midi parce que je me suis trompé de chemin à la 1ère bifurq juste après mon départ. Trenquille comme on dit dans mon village j'suis pas préssé j'suis pas à 10 bornes près. belle journée. je cogite à la réalisation de mon harnais avant de traverser un petit Auriac quand une vision étrange m'interpelle et me sort de mes pensées. un troupeau de jeunes oies blanches (enfin plus blanches que des lycéennes sorties de chez les bonnes soeurs) parquée dans un joli pré en partie ombragé se dandinent en se secouant le bas des reins et font causette avec une autre partie du troupeau se trouvant de l'autre côté du grillage. c'est à dire côté route. bon j'pose ma chariotte viendez-là mes ptites j'vais vous apprendre à faire le mur quand la mère sup n'est pas là. bin pas facile à choper les bestioles, en tout cas moins facile que les lycéennes. mais c'est comme pour tout le reste de la patience et de la douceur et en ¼ d'heure à peine les ptites fugueuses sont renvoyées au bercail moins une à qui je vais faire partager mes talents de cuisinier en l'invitant à ma table ce soir. je suis ni un voleur de poule ni un trousseur de jupon mais si je n'avais pas pris le temps de renvoyer les jeunettes chez elles, elles auraient rejoint le caniveau déjà jonché de cadavres de leurs copines moins chanceuses. là j'ai pas fait de photos, vous avez les mêmes pendant le JT. Quelques km et j'arrive à Theze où tous les commerces sont fermés le lundi. bin pas d'pain! j'y rtournerai d'main.

bivouac au bord du lac. lessive bonne bouffe superbe nuit de pleine lune: “ le rêve ”



Publié à 09:44 le 8/04/2008
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

y reste un internaute, là? j'continue ou bien?

bon je gueule et je pleure un bon coup sur le sort des cités où il n'y a guère de porcidés, même dans les frigos, et je poursuis mon chemin, passe un élevage bovin et quelques km plus loin plaf

château de Boast, du beau maïs de chez Monsanto encore un coup! y a la mort partout

alors barbelé pareil mais cloture elec en plus. z'ont peur qu'ils se barrent les pop corns sur pieds? en tout cas sont pas emmerdé par les abeilles et les papillons ou tous les insectes en général. vous savez les ptites bêtes qui jouent un rôle essentiel à la vie. la pollenisation de la plupart des végétaux, la nourriture des oiseaux, des poisson et de la plupart des petits et des gros mammifères. y a plus d'escargots non plus. mais on s'en fout de la vie des autres et de ses propres enfants puisqu'il y a la clé, y a la seule chose qui compte le “ pognon ”.

les eurodollars pissent à flots. et vas-y qu'on détruise de façon irréversible la nature. parce que la mode est à penser qu'elle est inutile et moins importante que les messages télévisés ou croyances obligées!

bin ouais le droit de savoir c'est la meilleure façon d'obliger à croire. et comme croire c'est ne pas savoir. ça permet de mieux se mentir à soi-même et de privilégier les vérités virtuelles. et de voter pour des tricheurs. et merde j'viens de péter ma ceinture bien fait pour moi j'avais qu'à pas m'en servir comme baudrier.


ça y est y a plus personn là j'pense! ah si. ah bon. ah bin j'continue.

j'pleure un bon coup sur la fin proche de la nature et donc de l'humanité et je poursuis mon chemin jusqu'à un beau petit coin sympa au bord d'une rivière boisée et bordée d'un pré de trèfles, de pissenlits et d'herbe grasse chouette coin pour terminer la journée même avec les quelques gouttes. les pleurs de la journée sont très vite dissipés par mes rêves retrouvés.



Publié à 01:31 le 1/04/2008
Commentaires (2) | Ajouter un commentaire | Lien

25/08/07

Ben tiens, i pleut pas!. c'est encore le héron et une envie de pisser qui me sortent de mes rêves ce matin. le sourire de la belle a encore bercé mes nuits. Au fait, que la belle au sourire merveilleux se rassure. mes rêves sont toujours très purs.

et c'est d'un pas joyeux que je reprends mon chemin belle journée les mûres sont de plus en plus abondantes la menthe est douce les pommes et les poires sont délicieuses. les figues éclatent au soleil et embaument les vallées et mon estomac jusqu'à mon passage près d'un élevage porcin où les bêtes dans un enclos serré et bien embarbelé se piétinent en se bouffant le groin, pataugeant dans une boue immonde se partagent leurs cris et leur férocité d'un présent provoqué par la cupidité d'un honnête citoyen.

 A ouè ptet c'est mieux comme ça, ptet ça rend la viande meilleure de la faire souffrir et de la forcer à la nécrophagie, ptet que plus c'est gore mieux c'est.ptet ça rend le proprio heureux de voir la misère chez les siens. ptet la crasse ça le rassure. ou ptet c'est une ancienne tradition qui date de ses aïeux, lorsque l'inquisition nourrissait sa famille. ou tout simplement i fait comme on lui fait: un gouvernment de tricheurs. ça fait des citoyens tricheurs.

I fait comme on y dit! faut gagner du pognon quels que soient les dommages, à oeufs et a aux truies.

Pourtant y a de la place dans ces prairies immenses. pourquoi besoin il trouve de vouloir tout serrer dans un ptit coin immonde avec du barbelé? pour faire comme chez les hommes? avec leurs grandes cités touttes engrillagées où les bannis forcés se piétinent entre eux en se bouffant le nez  partageant sans comprendre dans du béton immonde leurs cris de désespoir et leur férocité provoquée et voulue par la cupidité des dirigeants malins. bin ouais c'est comme ça quand ce sont des tricheurs qui font les règles du jeu!!.



Publié à 09:52 le 25/03/2008
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien
Page précédente
Page 1 sur 3